Dossier de presse

 

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate

8 janvier 2018

Mutation vers le roman 2.0

L’Autre miroir, le premier roman publié dans l’Internet de la francophonie (1995), s’offre maintenant avec une monture 2.0 (www.cyberauteur.com/cyberroman). En effet, l’auteur, Jacques Noël, se transforme en cyberauteur avec son texte rehaussé d’hyperliens vers des vidéos, des images, des poèmes, des notes historiques, etc. du cyberespace. Ces échos virtuels propulsant le texte dans autant d’univers parallèles…

-30-

 Jacques Noël

Cyberauteur

facebook/cyberauteur

8 janvier 2018


journalm

journal_MTL_1995_w

Le Journal de Montréal (7 mai 1995)

Jacques Noël joue les Stephen King

SHERBROOKE (PC)

Jacques Noël joue les Stephen King. Comme le célèbre auteur américain de romans d’horreur, le Sherbrookois propose son roman en priorité aux usagers du vaste réseau électronique Internet avant de le publier.

Il y a quelques jours, avec la complicité de Praline (Programme régional d’accès local à l’Internet en Estrie), Jacques Noël a inscrit son roman-jeunesse, L’Autre miroir, dans divers serveurs d’Internet, l’autoroute mondiale de l’information.

En quelques minutes, le texte était porté à l’attention de ceux, parmi la quarantaine de millions de personnes à voyager sur le réseau, qui s’intéressent plus particulièrement à la littérature d’expression française. S’ils le désirent, ces usagers peuvent entrer en contact avec le serveur de Praline, à Sherbrooke, et télécharger le roman directement dans leur ordinateur.

 Puis, dans quelques semaines, ou dans quelques mois, le roman sera publié à compte d’auteur, à un millier d’exemplaire. Pour commencer.

 Jacques Noël est, bien sûr, un passionné d’informatique. Il est aussi un écrivain qui, outre des écrits de jeunesse, vient de produire son premier roman, une oeuvre qui s’inspire d’un rêve qu’il a eu voilà dix ans.

 Jacques Noël est aussi, et surtout, animateur de pastorale. Il enseigne présentement au Mont Notre-Dame, un collège privé pour jeunes filles du secondaire, à Sherbrooke. Et c’est sans doute ce qui explique ce rêve, d’un autre genre celui-là, qu’il caresse depuis vingt ans : amasser les fonds nécessaires à la création d’une ferme d’accueil pour adolescents sans foyer ou exclus de leur foyer.

 Aussi, le roman se termine par une page de présentation du projet de ferme d’accueil. Et l’auteur demande au lecteur qui le désire de lui faire parvenir son don. Fait à signaler, M. Noël forme déjà, avec sa conjointe, une famille d’accueil pour adolescents. « Mais je rêve d’amener plusieurs familles et des jeunes sur une ferme où ils auraient l’espace nécessaire à leur épanouissement…»

 M. Noël ne se considère pas comme un écrivain. « Plutôt, si je crois que j’ai réussi ce tour de force, c’est grâce à plusieurs complices », souligne-t-il. Des complices comme deux enseignantes et plusieurs jeunes de secondaire 5 qui ont corrigé son roman et l’ont épuré des épisodes superflus.

 Comme animateur de pastorale et croyant, il a commis un roman tissé de valeurs chrétiennes. Il raconte l’histoire de Maurice, un adulte qui, un jour, se retrouve dans un immeuble désaffecté, repère de jeunes en mal de société.


journalddevoir_1995_w


 

journaltLA TRIBUNE (lundi 1 mai 1995)

roman3

Son roman sur Internet

avant même d’être publié

Gilles Fisette

Sherbrooke

Le Sherbrookois Jacques Noël joue les Stephen King. Comme le célèbre auteur américain de roman d’horreur, il propose son roman en priorité aux usagers du vaste réseau électronique Internet avant de le publier.

Il y a quelques jours, avec la complicité de l’entreprise Praline (pour Programme régional d’accès local à l’Internet en Estrie), Jacques Noël a inscrit son roman-jeunesse, L’AUTRE MIROIR, dans divers serveurs d’Internet, l’autoroute mondiale de l’information. En quelques minutes, la disponibilité de cette oeuvre était portée à l’attention de ceux parmi la quarantaine de millions de personnes à voyager sur le réseau qui s’intéressent plus particulièrement à la littérature d’expression française. S’ils le désirent, ces usagers peuvent entrer en contact avec le serveur de Praline, à Sherbrooke, et télécharger le roman directement dans leur ordinateur.

Puis, dans quelques semaines ou dans quelques mois, le roman sera publié à compte d’auteur, à un millier d’exemplaires. Pour commencer.

Ferme d’accueil

Jacques Noël est, bien sûr, un passionné d’informatique. Il est aussi un écrivain qui, outre des écrits de jeunesse, vient de produire son premier roman, une oeuvre qui s’inspire d’un rêve qu’il a eu voilà dix ans.

Jacques Noël est aussi, et surtout, un animateur de pastorale. Il enseigne présentement au Mont Notre-Dame, un collège privé pour jeunes filles du secondaire, à Sherbrooke. Et, c’est sans doute ce qui explique le rêve, réveillé celui-là, qu’il caresse depuis vingt ans : ramasser les fonds nécessaires à la création d’une ferme d’accueil pour adolescents sans foyer ou exclus de leur foyer.

Aussi, le roman se termine-t-il par une page de présentation du projet de ferme d’accueil. Et l’auteur demande au lecteur qui le désire de lui faire parvenir leur don. Fait à signaler, M. Noël forme déjà, avec sa conjointe, une famille d’accueil pour adolescents. « Mais je rêve d’amener plusieurs familles et des jeunes sur une ferme où ils auraient l’espace nécessaire à leur épanouissement… »

Jacques Noël ne se considère pas comme un écrivain. « Plutôt, si je crois que j’ai réussi ce tour de force, c’est grâce à plusieurs complices », souligne-t-il. Des complices comme deux enseignantes et plusieurs jeunes de secondaire V qui ont corrigé son roman et l’ont épuré des épisodes superflus.

Comme animateur de pastorale et croyant, Jacques Noël a pondu un roman tissé de valeurs morales chrétiennes. Il raconte l’histoire de Maurice, un adulte qui, un jour, se retrouve dans un immeuble désaffecté, repère de jeunes en mal de société. « Il y découvre douloureusement la signification d’une fresque peinte par un jeune qui a donné dramatiquement sa vie à la peinture… J’ai rêvé cet épisode de la vie de Maurice. Par la suite, j’ai tissé son histoire d’amitié avec Dominic… À la fin, Maurice en vient à donner sa ferme pour accueillir les «jeunes…» »


soleil

Le Soleil
Arts et spectacles   Mardi 2 mai 1995     B8

Un écrivain propose son roman sur Internet 
PC
Sherbrooke

TYPE: Nouvelle 
LONGUEUR: Moyen 
CENTRE D’INTÉRÊT: Écrivains; Littérature et roman québécois et canadien-français; Technologies de l’information; Littérature de jeunesse 
CENTRE GÉOGRAPHIQUE: Estrie/Cantons de l’Est

Jacques Noël joue les Stephen King. 
Comme le célèbre auteur américain de romans d’horreur, le Sherbrookois propose son roman en priorité aux usagers du vaste réseau électronique Internet avant de le publier.

Il y a quelques jours, avec la complicité de l’entreprise Praline (Programme régional d’accès local à l’Internet en Estrie), Jacques Noël a inscrit son roman-jeunesse, L’autre miroir, dans divers serveurs d’Internet, l’autoroute mondiale de l’information. En quelques minutes, le texte était porté à l’attention de ceux, parmi la quarantaine de millions de personnes à voyager sur le réseau, qui s’intéressent plus particulièrement à la littérature d’expression française. S’ils le désirent, ces usagers peuvent entrer en contact avec le serveur de Praline, à Sherbrooke, et télécharger le roman directement dans leur ordinateur.

Puis, dans quelques semaines ou dans quelques mois, le roman sera publié à compte d’auteur, à un millier d’exemplaires, pour commencer.

Jacques Noël est, bien sûr, un passionné d’informatique. Il est aussi un écrivain qui, outre des écrits de jeunesse, vient de produire son premier roman, une oeuvre qui s’inspire d’un rêve qu’il a eu voilà dix ans.

Jacques Noël est aussi, et surtout, animateur de pastorale. Il enseigne présentement au Mont Notre-Dame, un collège privé pour jeunes filles du secondaire, à Sherbrooke. Et c’est sans doute ce qui explique le rêve, d’un autre genre celui-là, qu’il caresse depuis 20 ans: amasser les fonds nécessaires à la création d’une ferme d’accueil pour adolescents sans foyer ou exclus de leur foyer.

Aussi, le roman se termine-t-il par une page de présentation du projet de ferme d’accueil. Et l’auteur demande au lecteur qui le désire de lui faire parvenir son don. Fait à signaler, M. Noël forme déjà, avec sa conjointe, une famille d’accueil pour adolescents. «Mais je rêve d’amener plusieurs familles et des jeunes sur une ferme où ils auraient l’espace nécessaire à leur épanouissement…»

M. Noël ne se considère pas comme un écrivain. «Plutôt, si je crois que j’ai réussi ce tour de force, c’est grâce à plusieurs complices», souligne-t-il. Des complices comme deux enseignantes et plusieurs jeunes de secondaire V qui ont corrigé son roman et l’ont épuré des épisodes superflus.

Comme animateur de pastorale et croyant, il a commis un roman tissé de valeurs morales chrétiennes. Il raconte l’histoire de Maurice, un adulte qui, un jour, se retrouve dans un immeuble désaffecté, repère de jeunes en mal de société. «Il y découvre avec douleur la signification d’une fresque peinte par un jeune qui a donné de façon dramatique sa vie à la peinture… J’ai rêvé à cet épisode de la vie de Maurice. Par la suite, j’ai tissé son histoire d’amitié avec Dominic… À la fin, Maurice en vient à donner sa ferme pour accueillir les jeunes…»


Advertisements

Laisser un commentaire en mode privé

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s